Shri Mahesh est né en 1924 dans l’Etat du Karnataka, dans le sud de l’Inde.

Orphelin très jeune, il fut élevé dans le monastère virashivaïte de Shiva Mandir, où il a appris et pratiqué le yoga dès l’âge de cinq ans.

ZOM_PHO_1015_mahesh_1

L’histoire de la FFHY est liée à Shri Mahesh (Mahalingappa Ghatradyal).

Shri Mahesh est né en 1924 dans l’Etat du Karnataka, dans le sud de l’Inde. Orphelin très jeune, il fut élevé dans le monastère virashivaïte de Shiva Mandir, où il a appris et pratiqué le yoga dès l’âge de cinq ans.

A 14 ans, montrant des dispositions pour l’athlétisme, il a participé à des compétitions et est devenu champion de l’Inde de course à pied. Sélectionné pour participer aux Jeux Olympiques Universitaires de Paris, il est arrivé en France en 1947. Il a alors fréquenté le centre védantique Ramakrishna à Gretz et s’est engagé auprès de Swami Siddheswarananda à rester en France.

Après avoir suivi des études de médecine en Suisse, il se consacra à partir de 1958 à l’enseignement du Hatha Yoga.

Avec l’appui et la collaboration des professeurs Jean Filliozat et Paul Mus du Collège de France, de Jeanine Auboyer, conservateur du musée Guimet, ainsi que des docteurs Françoise Dolto et Robert Moulinjeune et de l’écrivain et ministre de la culture André Malraux, il a créé en 1961 le Centre de relations culturelles franco-indien (CRCFI) au 50 de la rue Vaneau (75007 Paris). Ce Centre a vocation à faire connaître aux Français, l’Inde, sa culture, sa philosophie et de favoriser les relations culturelles entre les deux pays. Il a été reconnu d’utilité publique en 2003.

En 1968, entouré de nombreux amis et élèves, il fonde la Fédération Française de Hatha Yoga (FFHY). Il formera de nombreux professeurs qui enseigneront sur tout le territoire français, mais aussi en Suisse et en Belgique.

En 1974, il lance la revue « Yoga et Vie ».

En 1981, il crée l’Ecole Internationale de Yoga Traditionnel (EIDYT) plus particulièrement consacrée à la formation pratique et théorique et au perfectionnement des professeurs de yoga de la FFHY.

Puis, désireux d’apporter un soutien en santé, éducation, agriculture et artisanat à la région démunie du sud de l’Inde qui l’avait vu naître, il crée en 1994, avec le soutien du ministre Xavier Emmanuelli, l’association France Inde-Karnataka (FIK), qui a permis la construction d’un hôpital à Halligudi, non loin du site archéologique d’Hampi.

Shri Mahesh a été décoré de l’Ordre du Mérite en 1999 et fait Chevalier de la Légion d’Honneur en 2005.

Il est décédé le 21 août 2007 à Paris. Ses cendres ont été déposées en Inde du Sud sur sa terre natale, en août 2008.

Suite à son décès, la FFHY et l’EIDYT fusionnèrent en 2009, pour donner la nouvelle Fédération Française de Hatha Yoga. Depuis avril 2010, la FFHY a emménagé au 7 de la rue de Plaisance – 75014 Paris.

L’enseignement de Shri Mahesh

Shri Mahesh restera dans les mémoires comme le premier Indien à s’être établi en France pour enseigner le yoga. Sa spécificité a été de ne jamais se couper de la source du savoir et de la spiritualité reçus en héritage dans son enfance. Il a veillé à préserver la rigueur et la vitalité du yoga traditionnel sans l’interpréter, ni l’adapter. « Pour que l’art du yoga atteigne sa perfection, il ne faut pas le mélanger à d’autres sciences » (Yoga et Vie n° 132).

En pratique, l’enseignement transmis par Shri Mahesh repose sur un enchaînement de postures basé sur la concentration et l’harmonisation de la respiration. Le rythme collectif basé sur un même souffle, la suspension du souffle dans l’immobilité, invitent à la connaissance de soi et conduisent ceux qui le désirent à un travail plus approfondi sur eux-mêmes.

Bibliographie

Outre la revue trimestrielle Yoga et Vie, publiée par le CRCFI, Shri Mahesh est l’auteur des ouvrages suivants :

Le Bhakti yoga de Akkamaha Devi – Shiva Yoga ; éd. CFCFI, 1977

Naître en Yoga (co-auteur : Elisabeth Raoul) ; éd. Maloine, 1988

Yoga et symbolisme ; éd. du Rocher, 1996

Le souffle, parole de vie ; éd. du Rocher, 1998

Il était deux fois ; éd. du Rocher, 2000

L’Inde, notre héritage ; éd. Carnot, 2004.